LA MVERTE

RED BULL STUDIOS PARIS MIXTAPE : LA MVERTE

La Mverte aka Alexandre Berly est venu faire ses premières sessions de producteur au Red Bull Studios Paris cet été en compagnie de Yan Wagner, il a accepté de nous concocter un mix exclusif pour l'occasion. Nous en avons profité pour lui poser quelques questions.

Tu t'apprêtes à sortir ton premier EP alors que tu étais jusqu'à lors surtout connu pour tes talents de Dj, qu'est ce qui t'a amené à la production musicale ?
La Mverte
: J'imagine que c'est la suite logique de mon parcours musical jusqu'à maintenant. Depuis l'adolescence, je me suis penché sur la pratique de la basse, de la batterie, mais aussi des synthétiseurs. De fil en aiguille, j'ai essayé d'affûter mes connaissances et ma pratique, et donc de me lancer dans le " grand bain ". La production, je l'ai un peu vécu comme si l'on m'avait poussé dans un étang sans que je ne sache nager. Au début, je me suis un peu débattu, et j'ai un peu coulé. Puis peu à peu, j'ai refait surface, et maintenant, j'essaye d'y nager le mieux possible. Après, le fait d'être DJ et d'écouter beaucoup de musique ont également eu un impact à ce niveau. Forcément.

Comment se sont déroulées les sessions au Red Bull Studios Paris ? J'ai l'impression que vous avez travaillé "en famille"…
La Mverte : C'est exactement cela ! Cela me semblait aller de soi d'ailleurs. J'ai toute confiance en Charlotte (Decroix) et David (Shaw), du label Her Majesty's Ship. C'était donc à la fois rassurant et stimulant qu'ils soient là, à mes côtés. Tout comme tous ceux qui sont passés nous voir, d'ailleurs. Les sessions se sont très bien déroulées. Travailler avec Thibaut (Javoy - l'ingénieur du son) était réellement plaisant. Il a tout de suite compris où je voulais en venir, ce qui nous a facilité un peu la tâche. Sinon, entre les re-recordings de certaines pistes avec les super périphériques du studio, les prises de voix et le mix des morceaux à proprement parler, on en aura vraiment profité. Une super expérience.

Yan Wagner avec qui tu as partagé la route cette année, est venu participer à l'enregistrement d'un titre... Comment vous êtes-vous rencontrés ?
La Mverte : On s'est rencontré il y a environ 2 ans à Berlin. Une première fois très furtivement à Mein Hause Am See, un bar sur Rosenthaler Platz, mais surtout le lendemain, au Picknick. Lui y jouait en live, et moi en back to back avec Hugo Capablanca. Nous y avons bien fait la fête, et puis nous nous sommes revus à Paris. Notre relation s'est construite très naturellement, tout comme nos collaborations d'ailleurs. Quand je lui ai fait écouter les démos qui constituaient le début de mon EP, il m'a tout de suite dit qu'il serait partant pour faire quelque chose dessus. Et voilà le résultat, je crois que tout le monde en est très content, moi le premier.

Qu'y a-t-il dans ton mix ?
La Mverte : C'est toujours compliqué de caractériser ce genre de chose. Disons que j'ai essayé d'y mettre des morceaux que j'aime fondamentalement, d'autres pas forcément évidents à jouer en DJ, et d'autres qui le sont un peu plus. Au final, ça ressemble à un patchwork musical qui va puiser un peu partout dans ce que j'aime de sombre et d'un peu left-field, tout en restant cohérent. Je l'espère tout du moins. J'avais envie de faire une sélection à écouter comme à danser, et je crois que je ne suis pas loin de cet objectif, même si j'en ai dévié un peu, évidemment.

Pour finir, peux tu nous conseiller cinq endroits à Paris ?
La Mverte
Pour trouver des disques et des gens sympas :
L'International Records : 12 rue Moret - Paris 11.

Pour un Bo-Bun :
Kheak et Vero : 1 rue Alexandre Parodi - Paris 10.

Pour un verre et/ou une planche de charcuterie :
La Laverie : 70 rue de Ménilmontant - Paris 20.

Pour de chouettes cocktails et du super Mezcal :
La Candelaria : 52 rue de Saintonge - Paris 03.

Pour retrouver ses amis :
Les Folies : 8 rue de Belleville - Paris 20.