SÉBASTIEN TELLIER

Dandy fantasque, Sébastien Tellier est surtout un des rares artistes français capable de réinventer son univers de fond en comble à chaque sortie. Un créateur.

Des querelles politiques, une divinité bleue, une odyssée sexuelle accompagnée par la moitié des Daft Punk ou un retour à l’enfance sous perfusion brésilienne, Sébastien Tellier n’a pas son pareil pour créer, re-créer et se renouveler à chaque sortie : à chaque fois qu’il (ré)apparaît, vêtu de nouveaux fantasmes, affirmant de belles lubies, sa pop épouse de nouvelles formes, filée en un rock chelou ou une électro seventies aux contours étranges, penchée sur des obsessions nouvelles, au service d’un baroque personnel qu’il maîtrise avec aplomb. Mais il y a plus : derrière l’image, les atours et les discours, il y a le son, la musique, secouée par une belle maîtrise de la composition, de l’harmonie et du live-happening. Planquée derrière ses albums ou ses bandes originales de films - parfois imaginaires -, sa personnalité discrète et originale ne redescend pourtant que rarement sur terre.