RED BULL STUDIOS PARIS SESSION : FRENCH FRIES & BAMBOUNOU

paris editor / April 17, 2015

One producer, one week’s residency at Red Bull Studios Paris and one EP to be downloaded for free: this is the way it’s done at Red Bull Studios Paris Sessions. After Low Jack’s masterstrokes on our first episode, it’s not one, but two musicians - and long-time collaborators, Bambounou and French Fries – who will serve up two techno pearls for exclusive free download. (french version available)

They started out hitting the pavements together as skate buddies. But soon enough Jérémy Guindo and Valentino Canzani would be hitting the clubs. Dancing, sweating and smiling together, in a techno melting pot that they’d eventually make their own. And for a few years now, they’ve been bringing their complicity to the studio. As Bambounou and French Fries – their producer alter egos – they’re never far from one another. While the former might be signed to German label 50WEAPONS, and the latter enlisted by Parisian stable ClekClekBoom, they remain completely intertwined. They experiment, compose and dream together. They inspire each other, in free exchange. A French Fries fingerprint will always be found on a Bambounou track, and vice versa.

And so, this exchange in Red Bull’s Paris studios serves ultimately, and quite simply, to celebrate the depth of pair’s complicity. They turn up at Rue du Mail with no other intention besides giving free rein to their inspiration: the two producers are most definitely creatures of instinct. They need to go at their machines with unorchestrated hands.  And without fail, their unstudied approach generates sinuous, high-color rhythms, crafty compositions that need neither guide nor passport to explore new territories.

Bambounou and French Fries have tried out the different equipment available in the studio, like the DP4 effects processor, offering a plethora of explosive reverberation effects, or the Moog Voyager synthesiser. Throwing caution to the wind, they fired their engines and navigated their machines, in pursuit of ground to stake. Each in his corner, one ear on the other. Early on, the idea took hold to create a track dipped in ambient. But because they overflow with creative energy, and can always do better, they throw an unexpected kick into the deep. All of a sudden the gliding ballad turns jagged and angry.

For Bambounou and French Fries it’s a question of color and texture: this is neoprene noir, shady and synthetic. This is Dramatically Isolated, the resounding echo from the dark abyss, a warehouse hymn blackened by the night, a concrete chamber of a track, for dancing alone, lost to oneself, lost to the world.

Bambounou and French Fries had never really worked in similar conditions, running the machines from 10 to 7. These kids are more used to the night shift. When they leave the studio the streets are usually lit by the break of day. This time, they wrap at dusk. And so it was important to leave with a streak of daylight up the sleeve. Having cut a fair few tracks at 113bpm, they jumped to 119 for the daybreak beat of Queen André.  Inner eyes to the skies, the two producers drunkenly followed the intangible odor of morning. Queen André is a furiously trance-gender track. No reverence or homage here, just sumptuous dubbing and graceful undulations. For airborne arms, and legs, if you can. For bathing in champagne swimming pools. The music made at Red Bull Studios by Bambounou and French Fries (appearing additionally on a forthcoming ClekClekBoom compilation) has a name: Ninja-Natation (ninja-swimming). In chlorinated tribute to the voguing princesses and their swinging nights at House of Ninja, one of the temples of the New York house scene.

Having released his album Centrum (on 50WEAPONS), Bambounou will be touring the US in May. French Fries has a forthcoming track on the new ClekClekBoom compilation Paris Club Music and will unveil a new EP after the summer. The next Red Bull Studios Session will take place this June with a guest of esteem : Pépé Bradock.

Un producteur, une semaine de résidence au Red Bull Studios Paris, un EP en téléchargement gratuit, telle est la règle des Red Bull Studios Paris Sessions. Après un premier épisode mené de main de maître par le français Low Jack, c’est non pas un, mais deux musiciens, complices de longue date - Bambounou et French Fries - qui nous livrent deux perles techno en free download exclusif.

D’abord, Jérémy Guindo et Valentino Canzani ont été des potes de skate. Puis très vite, ils sont devenus des complices de club. Ils ont dansé, sué, souris ensemble, dans un méli-mélo techno qu’ils ont fini par apprivoiser. Depuis quelques années maintenant, les voilà potes de studio. Quand ces deux-là se transforment en Bambounou et French Fries - leurs alter egos producteurs - ils ne sont jamais très loin l’un de l’autre. Si le premier est signé sur le label allemand 50WEAPONS et le second est affilié à l’écurie parisienne ClekClekBoom, ils sont toujours fourrés l’un avec l’autre. Ils bidouillent, composent, imaginent ensemble. Ils s’inspirent mutuellement, échangent sans crier gare. Un morceau de Bambounou cache toujours la patte de French Fries, et vice versa.

Finalement, cette réunion dans les studios parisiens de Red Bull ne fait ainsi que consacrer la proximité des deux complices. Ces derniers ont débarqué rue du Mail sans plan préétabli autre que de laisser libre cours à leur inspiration : les deux producteurs sont des garçons d’instinct. Pour eux, il faut user les boutons de leurs machines sans se référer une quelconque orchestration. La manière, peu académique, accouche toujours de rythmes sinueux et colorés, oeuvres filoutes qui tracent leurs propres ornières, sans référent ni passeport.

Bambounou et French Fries se sont donc essayés aux différentes machines mises à disposition dans le studio, comme le processeur multi-effets DP4 capable de produire une ribambelle d’effets à la réverbération détonnante et un synthétiseur Moog Voyager. Les chaussettes à l’air, ils ont tapoté les machines, excité leurs moteurs. Ils ont tâtonné à la recherche d’une ébauche dont ils pourraient ensuite dessiner le sillon. Chacun dans leur coin, une oreille à l’écoute de ce que faisait l’autre. Très vite, l’idée leur est venue de penser un morceau teinté d’ambient. Parce qu’ils ne tiennent pas en place et qu’il y a toujours mieux à faire, ils mirent à bas leurs premiers travaux en rajoutant un kick inattendu. Soudainement la ballade planante devenait nerveuse et sanguine. Pour Bambounou et French Fries, c’est avant tout une affaire de couleur et de texture : du néoprène noir, une matière sombre et synthétique. Voilà Dramatically Isolated, écho bondissant d’une abysse obscure, hymne de hangar noirci par la nuit, un morceau aux formes blockhaus pour danser seul, perdu avec soi-même au milieu du monde.

Bambounou et French Fries n’avaient jamais vraiment travaillé dans de telles conditions, le nez dans les machines de 10h à 19h. Étrange pour des loustics plutôt habitués à s’échiner la nuit. Habituellement, quand ils sortent du studio, les rues sont claires. C’est l’aube. Cette fois, il faisait nuit. Il fallait donc sortir avec un peu de jour sous le coude. Après avoir farci une petite tripotée de morceaux calés sur 113 bpm, ils ont pondu Queen André, titre sunrise accéléré à 119. Cette fois, les deux producteurs ont embarqué dans une course azur, poussé par un truc dopé à l’espoir du petit matin. Queen André est un morceau royalement trans-genre pour célébrer le lever du soleil. Ici, pas de révérences ni de courbettes, mais un adoubement ravi, transcendé par de gracieux mouvements ondulés. Des bras, et même des jambes si l’on est souple. Comme si l’on baignait librement dans une piscine de champagne. À ce titre, la musique farcie au Red Bull Studios par Bambounou et French Fries (qui sera compilée dans un maxi à paraître bientôt chez ClekclekBoom) porte un nom : la ninja-natation. Un hommage chloré aux ondulations des princesses de la House of Ninja, célèbre chapelle de vogueuses, sirènes des nuits  house new-yorkaises.

Après avoir sorti son album, Centrum (sur le label 50WEAPONS), Bambounou sera en tournée américaine au mois de mai. De son côté, French Fries sortira en juin un morceau sur la nouvelle compilation du label ClekClekBoom, Paris Club Music vol.3 et dévoilera un nouveau maxi à la rentrée. La prochaine Red Bull Studios Session se tiendra en juin prochain avec un invité de marque : Pépé Bradock.

More Info
Bambounou X French Fries Joint Interview : http://win.gs/1yKebsd (french only)
Bambounou : https://soundcloud.com/bambounou
French Fries : https://soundcloud.com/mrfrenchfries
Red Bull Studios Paris Session : Low Jack : http://win.gs/1CYFio4
Red Bull Studios Paris : www.soundcloud.com/rbstudiospar

Texte : Raphaël Malkin
Photo : Philippe Lévy
Artwork : Laurent Fétis et Sarah Martinon