MOHAMED LAMOURI & GROUPE MOSTLA : TGOUL MAARAFT

paris editor / January 10, 2017

Vous avez peut-être découvert la musique de Mohamed Lamouri par hasard, sur la ligne 2 du métro parisien ou dans certains bars de Belleville. Si c’est le cas vous n’avez sans doute pas pu oublier cette voix incroyable magnifiée par des synthés un peu cheap : dans l’océan de musique qui inonde les rues parisiennes, les notes de Mohamed Lamouri - ce « raï sentimental » - est un ilot de grâce et de sensibilité. C’est donc avec une grande joie que nous avons invité Mohamed au studio avec la complicité du collectif français La Souterraine, pour des sessions d’enregistrements d’une intensité rare. Autour de lui, le groupe Mostla formé pour l'occasion de Benjamin Glibert d’Aquaserge, Mocke et Baron Rétif. Voici donc « Tgoul Maaraft » premier extrait de ses sessions, issu de la compilation « Les jours heureux » qui sort ces jours-ci chez La Souterraine. Pour l’occasion, Mohamed Lamouri a accepté de nous dire quelques mots par téléphone.

« Je m'appelle Mohamed Lamouri, je viens de Tlemcen en Algérie, à quelques kilomètres de la frontière marocaine. J'habite en France depuis onze ans. Je joue du raï sentimental dans le métro, je fais quelques concerts aussi. La musique est tout pour moi, elle me permet de rencontrer beaucoup de gens différents. J'ai commencé la musique très jeune, au village. J’ai commencé par les percussions avant de me mettre au chant. Nous pratiquions avec les amis et la famille, pour le plaisir. Au studio je suis venu chanter après que les musiciens aient enregistré l'instrumental, c’est super d’entendre ses chansons avec de vrais instruments. J’aimerai continuer à travailler dans ce sens, faire des concerts en solo et en groupe et enregistrer un disque avec le groupe. »

Si vous l’avez manqué, voici la première session « synthé » de Mohamed Lamouri au studio.
Mohamed sera en concert solo à FGO-Barbara, à Paris le 22 mars.