MO LAUDI : SUBMERGE feat FM LAETI

paris editor / April 05, 2017

Way before Diplo and his ilk made world fusion a thing, South African-born DJ Mo Laudi was introducing London clubbers to house music’s African roots. Now based out of Paris, Mo took some time out of his busy schedule as promoter and label honcho to record an EP (featuring a collaboration with FM Laeti) at Red Bull Studios. Check out our interview with the man as you enjoy this exclusive stream. (French version available below !)

What is the Afro House Club ?
Mo Laudi : The Paris Afro House Club means a lot to me, actually it’s a lot of things. For one thing, it’s the name of my new EP, which will be out on April 14th. I have been living in Paris for a while now, promoting a bunch of parties. I wanted to call one of them the Paris Afro House Club, but instead tht became the name of the EP.

This record is a bit of a new beginning seeing as it’s the first release on which I focus purely on production. It’s about me being a part of the history of house, Afro House and South African house music as a producer, and not just a DJ and curator. It is my attempt to shift the dynamics of what is defined as African music or house music or world music, while connecting with the Afro House movement that already exists. It’s also a tribute to the dancers, DJs and producers who inspire me.

Early in life I was inspired by traditional music, and by loads of different guys like Mdu, Oskido, Mbaqanga from Kwaito. And then, Chicago house, guys like Frankie Knuckles, and I loved the French Touch, techno. It might sound shameful but I loved what guys like DJ Gregory, Bob Sinclar and Martin Solveig attempted to do with Africanism – these French guys who drew inspiration from African music to create records, I found that cool. And now, it’s the other way around, African guys doing techno and house, which is a new, super fresh vibe. I put the word Club in the name because for me, the club is the community, the inclusiveness of the music. I love to see people smile as they dance. Those connections that happen on the dance floor, really inspire my creation.

You’re known as an Afro House pioneer. How do you see the rise and the contemporary mainstream status of the genre?
Mo Laudi
: I was one of the first South African DJ/producers to promote Afro House parties in London, back in the early 2000s. I was DJing every night in the capital, but my pace of production was super slow. I used to release tracks for free on MySpace, and every time I went back home to South Africa I would collect so much music. When friends were going, I would ask them to bring back stuff, I would have people email me MP3s. So I now have this huge collection, mostly stuff that you still can’t find in Europe.

I was making South African house playlists for a lot of bars, I had a radio show, I was constantly putting out mixtapes, which I used to burn onto CDs and pass around in clubs. Eventually with the people I was meeting through all of this, I created a collective called “Joburg Project.” We got a big enough following to start bringing in South African DJs, such as Kwaito and South African house pioneers Oskido, Vinny Da Vinci, Christos, Durban master DJ Tira, Fistaz, DJ Mahoota, DJ Sbu, and Tbo Touch, who now have their own radio stations. In short, we created our own scene.

To grow the scene, I ventured out to play at some house music events, “world music” events. I would play at some places and they felt the music was not house enough. Conversely, when I opened for Miriam Makeba at Trafalgar Square one guy even said “can you play some real African music please!” Some people felt South African house music was not African enough, it was tricky. But around 2005, I felt the U.K. crowd started to really get it, then in 2008 Warp Records released “Mujava”. Gilles Peterson, Diplo, and Brodinski were playing it and it went viral.

Then the sound in the U.K. started to change, and a new hybrid called U.K. Funky was born, with the same snares as Township Funk and other South African house tracks. I saw that guys like Marcus nasty were playing South African house tracks, but with a faster BPM. Ministry of Sound put out Black Coffee’s “Turn Me On,” which became a big U.K. Funky anthem. A few years before that, I had met collectives like Afrogroov, and Radioclit, on MySpace. I asked them to do a remix of one of my tracks, but that never happened – instead, they invited me to play their at Notting Hill Arts club night, Secousse. Radioclit had another project The Very Best with Esau Mwamwaya, featuring Vampire Weekend and M.I.A. before they became huge. I joined them as an MC and DJ and we toured the world a lot. The sound of Radioclit was very open, some would describe it as Tropical. They would mix hip hop and electro, African music and techno. I felt at home, like they really understood my music and where I was going.

I first heard “Pon de Floor” when Erol Alkan was playing it at a festival. It sounded so South African to my Township-trained ears, so I asked Erol who produced it, and he said it was Major Lazer. I thought “aaahh, that makes sense!” He was inspired by “Township Funk,” which he had remixed. When he produced Beyoncé’s “Run The World (Girls),” it was no surprise that there were township-style Pantsula dancers in the video.

Now there is so much music inspired by South African House, from Jamie XX all the way to Drake. It’s good to remind people that this is not a fad or a trend. There are a lot of DJs out there that will never get recognition because they don’t produce, but have long been in the underground, shaping the scene. Some DJs produce, but they don’t have hits and they can’t travel because they have no visas. So it’s difficult for their music to reach a wider audience, and this is my attempt to make people aware of Afro House. Hopefully they will fall into the rabbit hole, and start seeking out other music.

Are you still close to the South African music scene? How is it evolving?
Mo Laudi
: I’m a South African I will always be a part of the scene whether at home or abroad. This release is another contribution to the South African music scene in its own way. It’s a path to finding my own sound in addition to what everyone else is doing. I listen to South African radio, I’m part of secret groups on WhatsApp, I’m on Facebook, Twitter, Instagram every day, I follow all the yet-unknown producers, as well as the big DJs.

My goal with Globalisto is to give them this platform. In 2013, I curated Sharp Sharp Johannesburg, the biggest South African festival ever in Paris, at the Gaité Lyrique. We had 50 visual and music artists, and a big budget, since it was sponsored by l’Institut français and the South African Arts Council. We even tried to get Die Antwoord but Ninja told me to fuck off on the phone. But since we had loads of money, it was easier in general. The festival was a big success – it totally sold out!

Now Globalisto is a record label in addition to me just curating club nights and festivals. I’m constantly in touch with many DJs in South Africa: Darque is on the rise, Aero Manyelo has interesting sounds, Durban House is on full heat, Gqom is creating quite a buzz internationally. I’m waiting for a few guys to finish their EPs so I can release and start pushing them. I really enjoy helping people and giving them a platform.

What I noticed with the live events is that you need a whole ecosystem of support from radio, magazines, blogs. I’m really excited about what’s happening in the scene: a lot of people are starting to pick up on the vibe, I have my radio show on Tsugi called Globalisto Sessions, which is another way I give people exposure. I also have a show on Rinse FM, and occasionally on le Mellotron, and Radio Nova have been really supportive of what I do.

There are a lot of DJs starting to do bigger tours. Internationally for South Africans, I think this is the right time. We have been influencing the world for years now and more mainstream observers are picking it up. There are still new sounds to come out of South Africa – it’s like a goldmine, people are starting to look more internally instead of what’s happening overseas, and this paradigm shift creates a new dynamic. You can see how the South African sound influenced Ghana and Nigeria, and now Angola has its own strong specific house sound which in turn influences Portugal a lot. I have an EP by this guy called Cheikna coming out on Globalisto.

Could you tell us more about the collaboration with FM Laeti? What is your relationship?
Mo Laudi
: FM Laeti is very talented and has an incredible voice. She comes from a very musical Guadeloupean family – her father was the drummer for Kassav. A friend recommended her when I was looking for singer to collaborate with, so I emailed her. At the time, I just had the backbeat – just a bunch of multi-layered drums and bit of synth – and she loved the direction of the track.

We met up at my place and started writing. I was going through a tough time personally, heartbreak stuff.
Mo Laudi
: I was going through a lot of pain, so the music became therapeutic and cathartic. The song is about letting go, losing control. There are many metaphors in common between falling in love with someone, and falling in love with music. I also have seen many people fall in love on the dancefloor so this is what I want the music to do. Make people fall deep inside, feel connected to the beats. We took our time writing and did a lot of back and forth. I invited her to the studio and it was magical. She’s a quick study and very easy to work with, and she has a beautiful energy.

What will 2017 will look like for you?
Mo Laudi
: My first EP is out on April 14th, and my second EP sometime between June something and September. I’m looking to release stuff by Aero Manyelo, Cheikna and Darque. My tour dates are starting to come in – South Africa, Canada, Carbo Verde, Germany. I’m looking for an intern, looking for an investor for Globalisto. I want to do more videos – exciting times! I want to make so much music that even in my sleep I hear beats. I have so many ideas, it’s incredible! I feel very lucky and in a good place, I feel like this is the beginning of a new adventure and that something amazing is right around the corner.

- french version

Originaire d’Afrique du Sud, Mo Laudi fût un des premiers DJ Londoniens à populariser les racines africaines de la House Music, bien avant que des producteurs comme Diplo propulsent ce mélange musical dans les stratosphères du mainstream. Désormais installé à Paris, Mo Laudi revient après un passage au Red Bull Studios où il a notamment collaboré avec FM Laeti. Interview et stream exclusif. (English version available !)

Qu’est-ce que l’Afro House Club ?
Mo Laudi : Le nom Paris Afro House Club m’est très cher, pour tout un tas de raisons. C’est notamment le titre de mon nouvel EP, à paraître le 14 avril. C’est un peu comme un nouveau départ, puisqu’il s’agit du premier EP où je me consacre uniquement à la production. C’est aussi une manière d’apporter ma pierre à la construction de ma house, non plus seulement comme DJ et organisateur, mais comme un producteur d’afro-house et de house sud-africaine.

Je le conçois à la base comme une façon de faire bouger les lignes autour de ce qu’on entend généralement par musique africaine, house ou musique du monde, une manière de se connecter à un mouvement d’afro-house déjà bien en place et de lui rendre hommage – ainsi qu’à ses DJs, ses producteurs, toutes ces personnes qui m’inspirent.

Ça fait un moment que je suis à Paris maintenant, où je m’occupe notamment de la promo de pas mal de soirées. J’avais pensé à appeler une de celles-là la « Paris Afro House Club », mais c’est plutôt devenu le nom de mon EP à la place. Depuis très jeune, j’écoute des tonnes de musiques très diverses, de Mdu, Oskido à Kwaito, j’adore la Mbaqanga, la musique traditionnelle, la Chicago House avec des mecs comme Frankie Knuckles. J’aime aussi la French Touch, la Techno. C’est peut-être un peu honteux de dire ça, mais j’aime ce que des mecs comme DJ Gregory, Bob Sinclar ou Martin Solveig ont tenté avec l’Africanisme – des Français inspirés par la musique africaine qui créent de la house, j’ai trouvé ça cool. Maintenant c’est l’inverse, les Africains font de la techno et de la house, en y injectant un truc hyper novateur. J’ai rajouté « Club » au nom parce que dans mon imaginaire, le club représente la communauté, le caractère inclusif de la musique. Voir le sourire des gens lorsqu’ils dansent me ravit, je me délecte de ces connexions sur le dancefloor. Ça nourrit sincèrement mon processus créatif.

Tu es un pionnier de l’afro-house. Comment vois-tu l’évolution de ce genre vers le mainstream aujourd’hui ?
Mo Laudi : Au tout début des années 2000, j’étais l’un des premiers DJ/producteur sud-africain à promouvoir des soirées afro-house hebdomadaires à Londres. Tous les soirs, j’avais un set quelque-part dans la capitale. Ma production était hyper lente, je sortais des morceaux gratos sur MySpace, et à chaque fois que je rentrais en Afrique du Sud j’accumulais tellement de musique… Quand des amis y allaient, je leur demandais de me ramener de nouveaux morceaux, ou de me les envoyer par e-mail. J’ai une collection énorme, des trucs qu’on ne trouve toujours pas en Europe.

J’ai commencé à faire des playlists de house sud-africaine pour plusieurs bars, j’avais une émission de radio, je sortais tout le temps des mixtapes. Je les gravais sur des CDs, puis je les passais en club. À un moment, avec des amis, on a créé le collectif « Joburg Project ». Vu la popularité de nos soirées, on a pu inviter des DJs sud-africains, comme les pionniers de Kwaito, des gens de la house locale Oskido, Vinny Da Vinci, Christo, le phénomène Durban DJ Tira, Fistaz, DJ Mahoota, et DJ SBU et Tbo Touch qui ont maintenant leurs propres stations de radio.

On a créé notre propre scène, mais ça restait assez confidentiel. Je jouais encore pour des événements de musique house, ou de « musique du monde », où on me disait que ma musique n’était pas assez house. À l’inverse, en ouverture de Miriam Makeba à Trafalgar Square, un type a même balancé « peux-tu jouer de la vraie musique africaine, s’il-te-plaît ! » Pour eux, la house sud-africaine ne faisait pas assez Afrique, c’était absurde. C’est vraiment vers 2005 que j’ai commencé à sentir un changement au Royaume-Uni. Les gens commençaient à capter. Warp Records a sorti Mujava, et Gilles Peterson, Diplo, Brodinski ont commencé à le jouer… Ça a enfin décollé d’un coup.

Le son au Royaume-Uni a évolué ensuite vers un nouvel hybride qu’on a appelé UK Funky, qui reprenait les mêmes trucs, la funk des Townships et de la house sud-africaine. Des mecs comme Marcus Nasty jouaient cette house, mais avec plus de BPM, Ministry of Sound a sorti Black Coffee qui a fait un carton avec « Turn me On », désormais un hymne de la UK Funky.

Quelques années auparavant, j’avais rencontré sur MySpace des collectifs comme Afrogroov, j’avais découvert RadioClit. Je voulais qu’ils remixent un de mes morceaux, mais ça ne s’est pas fait. Ils m’ont plutôt invité au Notting Hill Arts Club pour leur soirée Secousse. Radioclit était aussi sur un autre projet, « The Very Best », avec Esau Mwamwaya, et des noms comme Vampire Weekend et M.I.A., avant qu’ils soient connus. J’ai collaboré avec eux en tant que MC et DJ occasionnel pour une tournée mondiale qui a duré un bout. Le son de RadioClit était très large, certains l’ont décrit comme Tropical. Il y a un mix de hip hop et d’électro, de musique africaine et de techno. J’avais l’impression d’être au bled, d’avoir des gens qui comprenaient ma musique et mon cheminement.

La première fois que j’ai entendu « Pon De Floor », j’étais en tournée dans un festival et Erol Alkan jouait le morceau. Pour mes oreilles éduquées à la musique des Townships, ça sonnait vraiment sud-africain. Quand Erol m’a dit que Major Lazer était derrière, je me suis dit « ahhh… logique ! » Il ne cachait pas son inspiration du funk des Townships qu’il avait déjà remixé. Rien d’étonnant non plus à retrouver la danseuse des Townships Pantsula dans la vidéo pour « Run the World (Girls) » de Beyoncé, puisqu’il avait produit la chanson.

Aujourd’hui, il y a tellement de musique qui s’inspire de la house sud-africaine, comme Jamie XX ou Drake. J’aime rappeler aux gens que ce n’est ni une mode ni une tendance, que beaucoup de DJs du genre n’accéderont jamais à la célébrité car ils ne produisent pas, pourtant ils travaillent dans l’ombre à définir les contours de cette scène depuis bien longtemps. Certains DJs producteurs ne font pas de hits, n’ont pas de visa et donc ne voyagent pas, ce qui complique l’accessibilité de leur musique… C’est un moyen pour moi de sensibiliser les gens à la réalité de l’afro-house, une manière de leur montrer la profondeur de cette scène dans laquelle ils peuvent s’engouffrer et découvrir d’autres choses.

Tu restes proche de la scène musicale sud-africaine ? Tu peux me parler de son évolution ?
Mo Laudi : Je suis Sud-africain, et je ferai toujours partie de cette scène que j’y sois présent physiquement ou non. Cet EP fait partie de la scène musicale sud-africaine, il y est dédié et y répond dans le sens où il s’agit pour moi d’établir mon propre son parmi tout ce qui existe déjà. J’écoute la radio sud-africaine, je fais partie de groupes secrets sur WhatsApp, je follow des producteurs méconnus et des DJs établis tous les jours sur Facebook, Twitter, Instagram. Avec Globalisto, je souhaite leur donner une plateforme. J’ai organisé le plus grand festival sud-africain à Paris en 2013 à la Gaîté Lyrique, le Sharp Sharp Johannesburg, avec 50 musiciens et plasticiens, un truc à gros budget subventionné par l’Institut français et le Conseil des Arts d’Afrique du Sud. J’ai même tenté de ramener Die Antwoord mais Ninja m’a dit d’aller me faire foutre au téléphone. L’argent obtenu a facilité la promotion de l’événement, le festival a tellement bien marché que tout était sold out !

Globalisto est désormais un label, en plus d’une boîte de promotion de soirées et de festivals. Je suis constamment en contact avec des DJs d’Afrique du Sud. Darque fait parler de lui en ce moment, Aero Manyelo possède un son particulier, la house de Durban explose, Gqom créé le buzz à l’international. J’attends la fin de quelques EPs pour pouvoir les sortir et les promouvoir. Aider ces gens et leur donner cette plateforme me rend heureux. Avec les événements live, il faut toujours le soutien d’un écosystème : la radio, les magazines, les blogs… Là, la scène connaît une dynamique vraiment impressionnante, et la vibe est contagieuse. J’ai ma propre émission de radio sur Tsugi, « Globalisto Sessions », et je fais passer beaucoup de monde. J’ai aussi une émission sur Rinse FM, parfois sur le Mellotron, et Radio Nova m’a beaucoup soutenu – ils adorent ce que je fais.

De plus en plus de DJs se lancent dans des tournées. Je pense que le monde est enfin prêt pour les Sud-africains, et ça fait désormais pas mal d’années que notre influence est palpable pour les oreilles attentives. De nouveaux sons vont continuer à émerger car ce pays est une mine d’or, et les musiciens locaux regardent désormais ce qu’il s’y passe, plus que la production étrangère. Ce changement génère une nouvelle dynamique. On voit comment la musique sud-africaine a influencé l’Angola, le Ghana, le Nigeria, et maintenant l’Angola possède cette house très spécifique qui a de forts retentissements au Portugal. J’ai un EP de Cheikna qui va bientôt paraître chez Globalisto.

Peux-tu me parler de ta collaboration avec FM Laeti ? Quelle est votre relation ?
Mo Laudi : Le talent et la voix de FM Laeti sont incroyables. Elle vient d’une famille guadeloupéenne très portée sur la musique, son père était le batteur de Kassav. Un ami me l’a recommandée lorsque je cherchais une chanteuse pour une collaboration, et je lui ai envoyée un e-mail. À l’époque, je n’avais que le rythme, des couches de percussions avec un peu de synthé – elle a adoré l’esprit du morceau.

On s’est retrouvé chez moi, puis on a commencé à écrire. Je vivais une période vraiment difficile personnellement, la fin d’une histoire d’amour, c’était un moment très douloureux. La musique s’est révélée thérapeutique, voire cathartique. La chanson parle du lâcher prise, la perte de contrôle, il y a beaucoup de métaphores et d’analogues entre tomber amoureux d’une personne, d’une musique. J’ai vu beaucoup de gens tomber amoureux sur la piste de danse, je veux que mes beats suscitent cette connexion intime et profonde. On a pris le temps de l’écriture, il y a eu beaucoup d’aller-retour. Quand je l’ai invitée à enregistrer en studio, travailler avec elle s’est avéré naturel, évident et magique. Elle dégage vraiment une énergie magnifique.

Enfin, à quoi va ressembler 2017 pour toi ?
Mo Laudi : Mon premier EP sort le 14 avril, le second devrait suivre en juin ou septembre. Je m’occupe aussi de ceux d’Aero Manyelo, Cheikna et Darque. J’ai une tournée qui se prépare en Afrique du Sud, au Canada, au Cap-Vert, en Allemagne. Je dois trouver un stagiaire, un investisseur pour Globalisto, tourner des vidéos… Plein de choses excitantes ! Je me sens si créatif que lorsque je me couche, j’entends des beats qui infusent encore plus d’idées, c’est vraiment incroyable. Je suis particulièrement chanceux et bien placé aujourd’hui, j’ai l’impression de me trouver à la porte d’une nouvelle aventure, pleine de possibilités incroyables.

Mo Laudi est sur soundcloud, L'EP Paris Afro House Club est téléchargeable ici.

Photo © Aurore Vinot