IL EST VILAINE TRACK PREMIERE

paris editor / September 02, 2016

Le duo français Il est Vilaine sortait il y a quelques mois un premier EP sur Lumière Noire - le label de Chloé - et nous sommes tout de suite tombés amoureux de leur univers sombre et sensuel puisant dans le meilleur de la techno de ces 15 dernières années. Après quelques mois de travail et une session au Red Bull Studios Paris ils reviennent, mais pas où on les attend : avec un 45t aux influences exotica, nowave, rockabilly et qui rend un hommage - non calculé - au maître du genre, le dieu électrique Alan Vega, décédé dans la chaleur de cet été caniculaire.

D'où vient votre nom ? Une déclaration d'amour à la Bretagne éternelle ?
Il est Vilaine : Tu imagines bien que nous n’allons pas te révéler la genèse de notre nom (rires). Mieux vaut laisser les gens se faire leur propre idée. Plus qu’un clin d’œil à la « ouest côte », c’est le jeu de mots et ce qu’il sous-entend qui nous a plu. Le côté gender fucker correspond bien à notre mentalité.

On sent des influences plus rock sur ce morceau, quel rôle joue cette musique dans vos racines musicales ? Le fantôme d'Alan Vega n'est pas très loin non plus.. que représentait-il pour vous ?
Il est Vilaine : Oui, ce projet de 45t est différent de ce que nous avons fait jusqu’à maintenant. Les deux titres eux-mêmes sont dans des styles différents. La face B « Jungle Myth » plus exotica a été composée pour la vidéo de la nouvelle collection de Christelle Noël. « Une Petite Satu » (morceau en écoute) fait référence à notre côté plus rock et synthwave. Cette musique est une grosse influence pour nous, elle nous inspire autant au niveau sonore que visuel. D’ailleurs Apollo Thomas, qui dessine tous nos visuels, l’a très bien compris ! Le côté rockab’ trans-genre d’Alan Vega est clairement une référence pour nous mais ce n’est pas la seule ! Nous essayons de trouver notre propre chemin. Le fait de chanter en français par exemple, nous oblige à ne pas singer certains artistes anglophones. En l’occurrence pour « Une Petite Satu » nous avons collaboré pour le texte avec Maximilien Douche (Oedipe Purple).

Il y a aussi une sorte d'hommage à l'esthétique techno vintage dans votre musique : boites à rythmes, synthés etc.. Existe-t-il un âge d'or de la techno ? Si oui lequel ?
Il est Vilaine : Oui nous sommes très attachés au son des vieilles machines vintages. Simon avec son studio Coloritmo a beaucoup de ces synthés et boites à rythmes qui nous permettent de façonner une esthétique. On essaye de mélanger cet « âge d’or » des débuts de la techno de Détroit avec des instruments plus organiques et rock. Pour une « Petite Satu » nous avons enregistré au Red Bull Studio Paris des batteries avec Hervé Bécart, des basses et des guitares.

A quoi vont ressembler les prochains mois pour vous ?
Il est Vilaine : Les prochains mois vont être assez intenses… Il y a déjà la sortie de ce 45t le 12 septembre. Nous avons pressé 100 exemplaires que nous vendrons en exclusivité sur notre shop bandcamp à nos fans et à quelques disquaires amis. Nous bossons aussi sur un live que nous présenterons pour la première fois au festival Nordik Impact à Caen. Il sera 100% analogique sans ordinateur, ce qui nous a demandé pas mal de boulot de mise en place. Nous préparons également un nouveau EP dans la lignée du dernier « Surf Rider » sur la label de Chloé : Lumière Noire (KTDJ) et enfin on réfléchit à un album avec l’aide de notre nouvel éditeur Alter K.

www.facebook.com/ilestvilaine