HUGUES REY EXISTENCE

paris editor / April 18, 2017

Vous l’avez aimé en fer de lance de la house 3.0 chez Marble sous le pseudonyme de Bobmo, vous l’adorerez en prophète de la « musique de guerre nucléaire » sous son propre nom. L’artiste nous présente en exclusivité un extrait de ce disque fascinant - produit en partie au studio - ainsi qu’une scène d’un film qui l’a fortement inspiré.

Voici en exclu, Existence, qui pourrait être, selon son biographe, "la colonne vertébrale d’un morceau krautrock s’il n’avait pas été transplanté sur un corps italo disco mort-vivant".

Hugues Rey : Existence est le premier titre que j'ai enregistré pour cet album, je le vois comme une version anglaise d'un morceau de house music avec un peu d'italo-disco dedans. Mon album est assez mélodique et en même temps, les drums restent un élément assez important dans ma musique, c'est ce qui me permet de jongler entre les genres et d'arriver à quelque chose d'intéressant esthétiquement.

Hugues Rey : Ma musique reste club mais devient plus cinématographique avec le temps. Pendant que j'essayais de finir cet album, j'ai souvent regardé Koyaanisqatsi (ndr. film de Godfrey Reggio en 1982, musique de Philip Glass) qui m'a pas mal inspiré. Une représentation des humains et de notre monde sans le moindre jugement pourtant en déclin ; c'est quelque chose que je ressens aussi en écoutant la techno futuriste de Detroit, comme celle d'UR ou de Drexciya. Une "musique de robots face aux résistants hippies de demain" c'est un peu ce que j'ai voulu raconter avec ce disque.

Hugues Rey est sur Facebook.
Photo © Maciek Pozoga