ANDREA CREWS X MALUCA : SS15 SHOW SOUNDTRACK

paris editor / June 23, 2014

Rencontre au sommet entre Maroussia Rebecq, styliste et la musicienne New-Yorkaise Maluca pour la création de la bande son de la présentation Andrea Crews SS15 au Red Bull Studios Paris ! Une collaboration à suivre sur cette page et les réseaux sociaux ! #ACSS15

MAROUSSIA X MALUCA, l'interview Bilan

Quelques heures après le show, Maluca et Maroussia Rebecq ont accepté de revenir sur ces quatre jours de collaboration artistique. Entre joie, coups de stress et situations cocasses, voici les moments forts de leur rencontre.

Alors, heureuses ?
Maluca : Encore plus qu’heureuse, je suis folle de joie ! Les gens étaient vraiment à fond dans le show, c’était génial !
Maroussia : Oui ! En plus, pendant le show, Maluca s’est assise sur les genoux de Didier Grumbach, le président de la Fédération française de la couture, sans savoir qui il était ! Je suis sûre qu’il a apprécié !

Le meilleur souvenir de ces quatre jours ?
Maluca : Quand je me suis assise sur les genoux de ce mec ! Il me regardait avec l’air de dire : “Oh mon Dieu, elle a l’air tellement folle !”. L’expérience dans sa globalité restera un super souvenir.
Maroussia : Il y en a beaucoup mais généralement, les meilleurs moments, ce sont ceux avant le show, quand le défi n’est pas encore relevé.

Le moment le plus stressant ?    
Maluca : Quand je suis arrivée au studio, il fallait que je rentre rapidement dans le morceau alors que j’étais un peu à l’ouest à cause du décalage horaire. Au début, j’étais stressée et puis je me suis dit que l’essentiel, c’était de s’amuser !
Maroussia : Juste avant de commencer le show. Il y a pas mal de gens qui ne pouvaient pas rentrer parce que la salle était pleine. J’aurais aimé que tout le monde puisse assister au show. J’ai dû faire des choix et je trouve ça toujours triste.

Le couac que tu aurais préféré éviter ?
Maluca : Il n’y a pas eu de vrais problèmes, si l’on excepte le jet lag. Le premier jour, je me sentais vraiment bizarre et j’avais du mal à réfléchir. Mais dès le lendemain, j’allais déjà beaucoup mieux !
Maroussia : Aucun !

Ce que vous avez appris de cette collaboration ?
Maluca : Beaucoup de choses. Mais ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est que Maroussia ne panique jamais. Elle est hyper confiante et rassurante. Elle était super positive, enjouée et aussi toujours en train de chanter !
Maroussia : Dans ce genre d’expérience, on apprend toujours à aimer les gens et à leur faire confiance. Pour moi, c’est la meilleure façon d’être heureuse. C’est romantique ce que je dis, mais c’est ce qui s’est passé entre nous : Maluca est une personne de confiance et je l’adore.

Prêtes à remettre ça ?
Maluca : J’espère.
Maroussia : Oui !
       
Maluca, qu’est-ce que tu souhaites à Maroussia pour la suite ?
Maluca : De faire l’amour ce soir ! Et du succès bien évidemment.

Et toi, Maroussia ?
Maroussia : Du succès aussi, de l’argent, de la musique, des beaux mecs et des fringues cool ! Le meilleur quoi !

Propos recueillis par Clémence Sigu

AMBIANCE#5 : Les essayages

- JOUR 3

#TEAMMALUCA


Myd et Sam Tiba en studio avec Maluca
 
Membre du groupe de musique Club Cheval, mais aussi compositeur avec Sam Tiba sur le morceau du show d’Andrea Crews, Myd évoque ici sa collaboration avec la chanteuse.
 
Depuis combien de temps connais-tu Maluca ?
Je l’ai rencontrée il y a un an.
 
À quelle occasion ?
Je travaillais sur l’album de Brodinski quand elle est venue au studio Red Bull de Los Angeles pour chanter sur un morceau. De cette rencontre est née l’idée de travailler ensemble. Par la suite, on s’est souvent retrouvés pour composer. La dernière fois c’était ici, au studio Red Bull parisien, à l’automne dernier.
 
Ton rôle ?
Dans le cadre de cette collaboration avec Andrea Crews, je compose.
 
Un mot pour définir Maluca ?
Energétique !
 
Un autre pour définir votre team à toi, Sam Tiba et Maluca ?
Efficace.
 
À J-1 du show, tu te sens comment ?
Prêt !

Propos recueillis par Clémence Sigu

AMBIANCE#4 : La conversation

#TEAMMAROUSSIA
 
Entre deux séances d’essayage, nous avons rencontré trois des membres du collectif Andrea Crews. De leur première rencontre avec “Marou”, comme ils la surnomment, à leur état d’esprit à J-1 de la présentation, nous avons cherché à en savoir davantage sur le crew créatif qui entoure la styliste Maroussia Rebecq.


Tiffany, 22 ans, styliste
 
Dans l'équipe depuis combien de temps ?
Deux ans.
 
Ta première rencontre avec Maroussia ?
Pour commencer, j’ai été stagiaire à la fabrication et à la conception. À la fin de ce stage, Maroussia m’a rappelée pour l’accessorisation du show mais aussi pour défiler.
 
Ton rôle ?
L’année dernière, j’ai commencé à m’occuper du stylisme des collections. Je donne vie aux vêtements en composant des looks à ma façon, tout en prenant en compte l’univers d’Andrea Crews.
 
Un mot pour définir Maroussia ?
Excentrique.
 
Un autre pour définir l'équipe ?
Soudée.
 
À J-1 du show, tu te sens comment ?
Relax et contente que l’on ait un bel endroit pour le show et une organisation qui roule. Ça s’annonce bien et c’est assez agréable !


Interview de Clara, 23 ans, chef d’atelier
 
Dans l'équipe depuis combien de temps ?
Deux ans.
 
Ta première rencontre avec Maroussia ?
J’ai déposé une candidature spontanée et j’ai été prise en tant que stagiaire en stylisme.
 
Ton rôle ?
À la fin de mon stage, j’ai été embauchée comme styliste et ensuite, je suis devenue assistante de prod d’Angie, la directrice de collection. Aujourd’hui, je suis en quelque sorte chef d’atelier. De toute façon, à J-1 du défilé, toute l’équipe s’entraide !
 
Un mot pour définir Maroussia ?
Imprévisible.
 
Un autre pour définir l'équipe ?
Dynamique.
 
À J-1 du show, tu te sens comment ?
Confiante et excitée ! Il y a évidemment encore quelques détails à vérifier mais je suis certaine que tout va bien se passer. Le gros moment de stress, ce sera ce soir !


Interview de Marie-Elsa, 27 ans, assistante et chef de projet

Dans l'équipe depuis combien de temps ?
Huit mois.
 
Votre première rencontre ?
Après mes études de communication visuelle, j’ai contacté Marou et après avoir passé un entretien, j’ai intégré l’équipe.
 
Ton rôle ?
J’assiste Maroussia mais je bosse aussi sur la direction artistique et en tant que chef de projet sur les collaborations de la marque.
 
Un mot pour définir Maroussia ?
Culottée.
 
Un autre pour définir l'équipe ?
Cinglée !
 
À J-1 du show, tu te sens comment ?
Ça va ! Je ne veux pas me stresser avant l’heure.


Tom, 23 ans, directeur de casting et styliste pour Andrea Crews
 
Rencontré lors d’un casting sauvage, Tom a finalement intégré l’équipe de Maroussia à part entière. En charge du stylisme et d’une partie de la production, il nous a dévoilé les ingrédients nécessaires pour un show réussi.
 
Ta rencontre avec Maroussia ?
En passant un peu par hasard à la boutique. Elle m’a interpellé en m’expliquant qu’elle faisait un street casting pour le show. On s’est revus par la suite et comme je fais aussi du consulting pour d’autres marques, je suis devenu à la fois directeur de casting, styliste et mannequin !
 
Ton rôle dans l’équipe ?
Je me charge avant tout du stylisme homme. Je mets en scène un univers en fonction de ce que Maroussia souhaite. En ce qui concerne la production, je fais la relation entre les mannequins et les agences : ça va du tout premier contact avec les agences jusqu’à l’ordre de passage des mannequins.
 
Andrea Crews pratique le casting sauvage, comment t’y prends-tu pour caster les hommes dans la rue ?
 Ce sont parfois mes potes ou bien des gens que je croise au hasard dans la rue. Je recherche systématiquement des visages atypiques.
 
Le détail qui te fait dire que c’est le bon mannequin ?
 Avec Andrea Crews, on veut établir un contraste entre des mecs couture, autrement dit qui ont des visages carrés et une allure assez soignée, et d’autres à la dégaine davantage streetwear.
 
Trois mots pour décrire l’homme Andrea Crews ?
 Présent, charismatique et libéré. On ne veut surtout pas qu’il s’efface en portant les pièces de la collection, mais plutôt que les vêtements Andrea Crews reflètent sa personnalité.
 
Trois éléments clés pour rendre le show inoubliable ?
Le premier look, c’est ce qui reste gravé dans les mémoires. Les jeux d’éclairage, la cadence et la musique sont également des éléments très importants. Il faut que les gens ressortent du défilé en se disant : “C’était fou !” Il faut créer le show et Maluca sera parfaite pour ça.
 
Le gros moment de rush, c’est plutôt à J-1 ou H-1 du show ?
 Entre J-10 et J-1 !

Propos recueillis par Clémence Sigu

AMBIANCE#3 : Au Red Bull Studios Paris

 

Maluca : interview “Mode”
 
Parce que la musique et la mode sont souvent étroitement liées, nous avons voulu en savoir davantage sur le rapport qu’entretenait Maluca au vêtement. Entre deux enregistrements du morceau qui rythmera demain la présentation d’Andrea Crews, la chanteuse new-yorkaise nous a confié ses mantras mode.
 
Une tenue que tu ne porterais jamais sur scène ?
Durant l'une de mes tournées à l’étranger, j’ai voulu porter une sorte de combinaison de surf. Quand je suis rentrée chez moi, à New York, je me suis rendu compte que j’avais perdu 10 kilos ! Vous ne pouvez pas imaginer à quel point c’est lourd et ça tient chaud. J’en garde un mauvais souvenir et je me suis juré de ne plus jamais mettre de combinaison de surf sur scène !

L’accessoire que tu emportes toujours avec toi en tournée ?
Je n’ai jamais eu un seul et unique accessoire fétiche, ça dépend de l’endroit où se déroule la tournée. En ce moment, par exemple, j’ai toujours un sac beige de la marque Telfar – une enseigne américaine que j’adore – avec moi.
 
La pièce pour laquelle tu pourrais casser ta tirelire ?
Je n’y ai jamais vraiment réfléchi, mais j’imagine que je pourrais dépenser beaucoup d’argent si je me trouvais dans une boutique vintage face à un sac Selle de Dior.

La tenue idéale pour aller en club ?
Ça dépend de mon humeur ! Pour ma dernière soirée en club, dimanche dernier, j’ai porté une robe salopette blanche transparente,  c’est un look que j’adore.
 
Ton adresse mode préférée à New York ?
J’en ai deux : sans hésiter, Opening Ceremony et VFiles.
 
Plutôt style « casual » à l'américaine ou effortless à la française ?
 L’idéal pour moi, ce serait un mix des deux !

Propos recueillis par Clémence Sigu

AMBIANCE#2 : Au studio Andrea Crews

- JOUR 2

Maroussia Rebecq : Interview musique

Artistes fétiches ou chansons inavouables, nous avons voulu en connaître davantage sur les goûts musicaux de la figure de proue du collectif Andrea Crews. Dans son atelier, entre le casting des mannequins et le repérage des lieux pour le défilé, nous l’avons soumise à une interview “Musique”.
 
Une chanson que tu écoutes en cachette ?
Il y en a beaucoup mais je n’en ai pas forcément honte ! Je suis dans une période où j’écoute le titre Besame Mucho dans toutes ses versions possibles sur Spotify. Sinon, je peux aussi écouter en boucle, pendant des heures, Dalida ou Tino Rossi.
 
Un morceau à J-2 du défilé pour te motiver ?
En ce moment, j’ai la chanson Say Goodbye to Hollywood d’Eminem, que je chante toute la journée. Sinon, j’écoute Maluca pour bien me mettre dans l’ambiance.

Un titre qui pourrait incarner cette nouvelle collection ?
Le thème de cette nouvelle collection, c’est l’espace d’exposition, les artistes et les touristes de Paris, donc une chanson sur le thème de la ville. Je dirais le morceau Paris, du rappeur Joke. C’est une version rap-love !

Celui sur lequel tu ne peux t’empêcher de danser ?
Love Letters de Metronomy. Déjà, je ne peux pas m’empêcher de la chanter et en plus, elle me donne toujours envie de bouger !
 
Un endroit à Paris où il t’arrive de dénicher des perles musicales ?
À vrai dire, je déniche tout sur Internet, je suis plutôt international, pas très local. En réalité, je n’achète jamais de musique physique.
 
Cet été, Glastonbury ou Burning Man ?
Burning Man évidemment !

Propos recueillis par Clémence Sigu

AMBIANCE#1 : La rencontre Maroussia / Maluca

- JOUR 1

À quelques jours du show, Maluca et Maroussia Rebecq ont fait les présentations, elles nous livrent leurs impressions et leurs attentes.


3 questions à Maluca

La première fois que tu as entendu parler de Maroussia ?
La toute première fois, c'est quand Red Bull m’a contactée pour ce projet ! C’est une réelle opportunité pour moi de travailler avec ce collectif.

Qu'est-ce qui te plaît chez elle?
Ce qui me plaît chez Maroussia, c’est son ouverture d’esprit et sa créativité. Deux qualités qui transparaissent vraiment dans ses collections.

Qu'attends-tu de cette collaboration?
 Nous allons aussi travailler avec des membres du groupe de musique électronique Club Cheval et ce que j’attends de cette rencontre, c'est un processus créatif innovant, virtuose même ! Je suis vraiment très impatiente de commencer cette expérience.
 

3 questions à Maroussia

La première fois que tu as entendu parler de Maluca ?
Il y a eu une période où je passais des disques dans des fêtes, j'électrisais le public avec son single El Tigeraso. Je me souviens notamment d’une soirée chez Moune, le club de Pigalle, en 2010.

Qu'est-ce qui te plaît chez elle ?
Son style ghetto, son flow et puis la fille est belle, stylée : bref elle a tout pour me plaire!

Qu'attends-tu de cette collaboration ?
Dans le cadre de la présentation d'une collection masculine, où l'on vient pour voir principalement les vêtements, j’aimerais que Maluca amène une dimension performative et féminine susceptible de faire basculer le show.

Propos recueillis par Clémence Sigu

ANDREA CREWS - STAY TRUE - FW 14/15 from NicoDVNL on Vimeo.

Maluca x Maroussia Rebecq: Deux femmes pour habiller un seul homme

Cette semaine, l’homme va être mis à l’honneur par deux femmes. Dans le cadre de la semaine de la mode masculine, Red Bull Studios a tenu à présenter Maroussia Rebecq, tête pensante du collectif Andrea Crews, à Maluca, chanteuse à l’univers électro-métissé. À l’occasion de la première présentation de la ligne homme d’Andrea Crews dans le calendrier officiel de la Fashion Week, elles vont, ensemble, faire s’entrechoquer avec audace mode et musique. L’une traduira en ondes musicales les créations expérimentales et magnétiques de la seconde. Une rencontre évidente entre ces deux artistes qui partagent le même goût pour cette culture street prolifique et alternative.

C’est dans le studio parisien de Red Bull, que Maluca va composer à compter d’aujourd’hui des morceaux exclusifs, qui rythmeront le  show. Ce dernier, conçu comme un véritable happening artistique, investit jeudi prochain les murs du Musée d’art moderne de Paris. Des derniers ajustements au jour J, Red Bull Studios vous fait vivre ici, ainsi que sur ses réseaux sociaux, quatre jours de mode et de musique intense en images, vidéos et interviews croisées.

Maluca, l’indocile
D’origine dominicaine, Maluca, 32 ans, a grandi à Manhattan, bercée par des rythmes latinos teintés de mélodies hip-hop et de dance music. Sa rencontre avec le musicien Diplo fait décoller sa carrière. En 2009, elle sort son premier single, El Tigeraso, morceau aux sonorités punk-tropicales chargé en basses. Un nouvel album est prévu à l’été 2014. Entre allure de ghetto-girl, accessoires ethniques et références empruntées à la culture rave, elle détonne autant par sa musique que par son look.

Maroussia Rebecq, l’effrontée
Durant ses études aux Beaux-Arts de Bordeaux, Maroussia Rebecq, 38 ans aujourd’hui, dessine des robes de cocktail déjantées et improvise des défilés dans la cour de l’école. Invitée au Palais de Tokyo en 2002, elle y installe un atelier de recyclage itinérant, marquant ainsi la naissance du collectif Andrea Crews. Ce réseau artistique, c’est avant tout son alter ego libre, engagé et à la force créatrice sans limites. Redéfinissant les codes vestimentaires, elle s’entoure de vidéastes, de musiciens et d’artistes en tous genres dans ce collectif à mi-chemin entre l’art, la mode et l’activisme. Douze ans d’existence et dix-neuf collections plus tard, ses défilés sont devenus de véritables performances.